• Norwich 3 - Manchester 4 : Chaud ce show !

    Après-match - Publié le : 30/12/2012 par Citizens
  • En s'inclinant dans un boxing-day piège face aux Black Cats de Sunderland, Manchester City entamait pour cette 19e journée un course aux points effrénée  pour ne pas perde le moindre point, point qui pourrait être fatal dans une course au titre qui ne cesse de tourner à l'avantage de United.

  • Le match :  

    Tous les observateurs attendaient mieux. Mieux que le match triste et sans envie qu'ils ont joué quelques jours auparavant. Fade, leur prestation n'avait guère convaincu et Agüero et les siens avaient pour mission de se racheter. L'essentiel du jour était de démontrer de la détermination et de l'envie pour engranger trois points face aux Canaris de Norwich. Pas le temps d'en douter, Edin Dzeko attend... La deuxième minute pour ouvrir le score. Une action d'école qui se distingue par la facilité qu'a Silva pour transmettre le cuir pour Dzeko. Deux minutes plus tard, un Kompany monstrueux traverse le terrain toute en puissance, décale Agüero qui provoque le duel avec Bunn. Dzeko bien placé reprend le décalage de son co-équipier pour inscrire le deuxième but. Comme si les joueurs voulaient à tout prix rendre ce match complètement dingue, Norwich va réduire la marque et inscrire par conséquent le troisième but de ce premier quart d'heure : Anthony Pilkington profite de la déviation de son coup-franc pour tromper la vigilance de Joe Hart. Le score brillait sur tous les écrans du pays, Manchester City mène 2-1 après un début de match impressionnant de densité. Clichy, fautif sur le coup-franc adverse se serre la tête entre les mains avant de venir s'excuser auprès de Joe Hart. Manchester City va continuer à dérouler son jeu, petit à petit sans pour autant inscrire un troisième but. Propre en défense, les deux équipes ne commettent que très peu de fautes et le match est plutôt plaisant. Mais, il suffira d'un excès de Bassong pour provoquer la colère de Nasri, fou de rage après un tacle impressionnant. Le N°8 de City laisse échapper sa colère ce qui lui vaudra un carton rouge, plus ou moins mériter selon les différents points de vue. Il aura manqué aux Citizens la précision en fin de première mi-temps car toutes leurs frappes se sont dérobées.  

    De retour du vestiaire, les intentions de City n'avaient absolument pas changées. Un jeu rapide et fluide leurs permet de retrouver la folie du début de match : Yaya Touré lance Agüero dans la profondeur. Parti au moment le plus juste, Kun ne se trompe pas et lobe parfaitement le pauvre Bunn qui voit son match transformé en cauchemar. Agüero inscrit ainsi le troisième but de City en trois frappes cadrées, vous avez dit « efficace » ? Protéger pour un moment, les visiteurs ne prennent plus trop de risques et n'offre que peu de possibilité aux hommes de Hughton. Menés de deux buts, ils ne peuvent que chercher les coups de pieds arrêter  pour espérer revenir au score. 62e minute, justement, corner pour les locaux : plein de malice, la combinaison du corner déstabilise toute la défense bleue-ciel et Bassong, dans les airs, offre à Martin la balle de réduction du score. Le scénario de fou continue, ce 3-2 est l'une des plus belle rencontre que City ait joué cette saison. Plus les minutes s'écoulaient, plus Manchester laissait le ballon à l'adversaire pour pouvoir miser sur la vitesse de son attaque. Bunn se montre enfin à la hauteur et capte sereinement  les frappes d'Agüero et de Silva. Mais comme City est une équipe réellement époustouflante, il ne faudra patienter que 4 petites minutes pour que Dzeko n'inscrive un triplé époustouflant. Du milieu de terrain, Kompany lance le grand Bosniaque à la limite du hors-jeu, il contrôle et frappe en force, tel que Bunn est incapable de capter la sphère et que le portier la laisse s'échapper dans le but. Le quatrième buts des SkyBlues, personne n'en attendait autant. Supérieur dans tous les compartiments de jeu, les Citizens ne seront inquiétés qu'une seule fois, sur un corner qui permettra à Norwich de réduire à nouveau le score. Faciles, les hommes de Mancini se sont enfin distingués par leurs qualités offensives cette saison.    

     

    Les statistiques :

     

    Le tournant du match : Indiscutable. Les 5 premières minutes de la rencontre ont été terrible pour Norwich. Même si le score n'est pas forcément flatteur pour City, ce début de match est à retenir à tout prix. Non pas juste pour les deux buts capitaux d'Edin Dzeko, mais plutôt pour ce grain de folie que tout le monde avait  avait perdu depuis bien longtemps, au point de croire que cette saison allait être fade et sans couleurs. Et bien non, Agüero et ses co-équipiers ont toujours cette touche de classe hors-norme qui rend certaines rencontres fantastiques. De plus, qui ne penserais-pas que ce soit de bon augure pour la suite ?  

     

     

    Ce qu'il faut retenir : Le manque de maturité impressionnant de Samir Nasri. Touché violemment par Bassong à quelques minutes de la mi-temps, Nasri a explosé de colère contre son agresseur et a sûrement changé le cours du match. N'importe quel joueur se sera ruer de douleur pour que l'auteur du tacle soit sanctionné mais le Français s'est relevé violemment et à immédiatemment réagit aux insultes de l'ancien défenseur de Tottenham. Même si un rouge aurait été mérité pour Bassong, Nasri est totalement fautif quant à sa réaction. 





Propulsé par Disqus

Nos brèves

Résultats Man City offert par footendirect.com

Classement offert par FootenDirect.com

Rejoignez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter
Encerclez-nous sur Google+