• Arsenal 0-2 Manchester City : EfficaCity

    Après-Match - Publié le : 13/01/2013 par Mehdi Ablad
  • Après une victoire en coupe face à Watford, City retrouvait le Championnat. À 10 points de United, après la victoire de ces derniers face à Liverpool, les SkyBlues se devait d'obtenir la victoire face à Arsenal, à l'Emirates Stadium. 

  • Malédiction à l'Emirates 

     Avant le déplacement de City à Arsenal, on avait qu'un chiffre à l'esprit : 37, comme le nombre d'années consécutives où les SkyBlues n'ont pas connu la victoire dans l'antre d'Arsenal. Au delà de cette statistique qui pour certains semble complètement inutile, il faut tout de même en tirer un fait : Manchester City ne s'est jamais imposé à l'Emirates Stadium en championnat. Bien qu'on puisse réfuter l'argument des 37 annèes qui manque de nuance étant donné la différence des effectifs à certaines époques, on ne peut que prendre en compte le fait qu'Arsenal est à l'aise à l'Emirates contre les Citizens. Ce terrain n'a jamais été un lieu où City a montré une grande qualité de jeu, et Arsenal a su prendre le dessus dans le jeu sur la majorité de ses matchs disputé à domicile contre les SkyBlues à l'Emirates. Alors, bien évidemment, on ne peut pas se baser sur de tels arguments pour analyser un match, mais 37 matchs, il y a mieux quand même. 

    Un tournant du championnat ? 

     À 7 points de United avant cette 22ème journée de championnat, City a longtemps prié pour une égalisation de Liverpool face à United, mais les Red Devils ont su garder leur avance sur leur " rivaux ".  Dès lors, les journalistes ont immédiatement donné à ce match le titre officieux de Tournant de la Saison en cas de défaite de City. Ils ont pas tort après tout parce que 10 points de retard, avec un United monstrueux de facilité, et un City handicapé par le départ de Yaya à la CAN, obligerait les hommes de Mancini à regarder derrière eux plutôt que devant. Un Must-Win pour les SkyBlues, qui comptent l'absence d'Aguero (blessé), de Yaya Touré (à la CAN) et de Samir Nasri (suspendu). Face à une équipe d'Arsenal en pleine confiance, les Citizens était loin d'être favoris dans une rencontre essentielle pour ne pas se faire décrocher par United. 

     

    Composition 

     

    Arsenal voit rouge 

     Malgré le très grand nombre d'absent, Mancini parvient à mettre en place une composition d'équipe cohérente pour essayer de faire taire les statistiques. Le jeune Nastasic retrouve son poste de titulaire au coté de Captain Vincent, avec l'indéboulonnable Pablo Zabaleta et le revenant Gaël Clichy pour compléter la défense. Au milieu de terrain, Mancini, décide de faire confiance à la doublette inédite Garcia-Barry qui devra essayer de limiter les dégâts dus à l'absence de Yaya Touré. À l'aile, on retrouve James Milner en pleine confiance ces derniers matchs, accompagné du magicien David Silva. En pointe, Mancini laisse Balotelli sur le banc, et fait confiance à Dzeko en l'associant à l'Apache. Dès le début de match, les Citizens mette le pied sur le ballon, en multipliant les redoublements de passes pour trouver la faille. Les hommes de Mancini seront rapidement récompensés de leurs bonnes intention en obtenant un penalty dès la 9ème minute sur une grossière faute de Koscielny qui a pris l'initiative d'aller ceinturer (ou câliner, c'est au choix) Edin Dzeko dans la surface. Rouge pour le Français. Edin Dzeko, décide de se faire justice, mais malheureusement pour lui, Szczesny repousse sa frappe, avant que celle-ci n'aille heurter le poteau du gardien Polonais, qui se presse pour s'en saisir. À 11 contre 10, City s'installe dans la moitié de terrain d'Arsenal, et affirme sa domination sur les minutes qui suivent. À la 20ème minute, sur un coup-franc joué rapidement, Tevez sert Milner qui place une frappe parfaitement croisée pour tromper Szczesny qui ne peut que constater les dégâts. City a dominé, City mérite son avantage au score. Annihilant toute tentative de jeu d'Arsenal, avec un Javi Garcia étonnement bon à la récupération, et un Gareth Barry définitivement de retour, les Citizens cherchent à sécuriser le résultat. Première alerte, la tête de Javi Garcia qui passe légèrement à coté des cages du portier Polonais. La seconde sera fatale aux Gunners. Milner, lancé par Zabaleta, adresse un très bon centre en direction de Tevez, qui se heurte à Szczesny, mais c'était sans compter sur Dzeko qui vient la reprendre. City deux, Arsenal zéro. Mais peu à peu, le match va retomber en terme d'intensité, et Arsenal va réagir par séquences, avec notamment une tentative de Podolski qui termine dans les bras de Joe Hart, et celle de Diaby qui ne trouve pas le cadre. Juste avant la fin de la première période, City aura l'occasion de triplé la mise mais Wilshere sauve sur sa ligne et permet à Arsenal d'espérer encore. 

     

    City gère son avance

     Avec deux buts d'avance, autant dire que City se devait juste de rester concentré pour repartir avec les 3 points. Dès lors, va se mettre en place un faux rythme dès le début de la seconde période. En effet, les Citizens sont moins transcendant dans le jeu, ne se montrant guère capable d'imprimer un tempo au match, ceux-ci vont réagir sur quelques phases de jeu. Dés la 49ème minutes, Dzeko est à la réception d'un centre de Milner, mais sa tête passe au-dessus des cages du portier d'Arsenal. Complètement entrainé dans ce faux rythme, les Gunners réagissent néanmoins par l'intermédiaire de Santi Cazorla après un bel enchainement, mais ce dernier voit sa frappe s'envoler. City décide alors d'aller chercher le troisième but, Tevez est parfaitement servit en profondeur, mais perd son duel face à un Szczesny au sang-froid remarquable. Cependant, Mike Dean décide de redonner un semblant d'intérêt à ce match en expulsant Kompany  pour un tacle avec les deux pieds en avant. Cela peut paraître sévère quand on voit le ralenti, mais on peut débattre dessus pendant des heures, une choses est sûr, les Citizens vont jouer sans leur capitaines pendant les 15 dernières minutes. Cependant, plus de peur que de mal, puisque City parvient à conserver son avance de deux buts, malgré une énorme occasion de Theo Walcott, sauvé par Joleon Lescott (rentré à la place de Tevez à la 77ème). Les homme de Mancini, réussissent à s'en sortir avec la victoire à la clé, et s'offre un sursit pour le championnat. 

    Statistiques :

    On a aimé... 

    • L'excellent travail de la charnière centrale Vincent Kompany - Matija Nastasic qui ont vraiment su contenir les rares offensives des Gunners. Si on ne prend pas compte le carton rouge, on peut dire que Vincent Kompany a fait un match parfait tant il a pris l'ascendant sur le domaine aérien, mais également au niveau de la relance qui devient vraiment un élément prépondérant dans son arsenal défensif. Pour Nastasic, on a du vous le dire une centaine de fois, mais on ne peut que le rabacher encore, ce joueur est une pépite. À 19 ans, il affirme une confiance, et une sérénité qu'aucun défenseur de son âge peut se targuer d'avoir. Alliant une capacité de placement supérieur à la moyenne, et une qualité de relance trés bonne pour son jeune âge, il s'est vraiment installé dans la charnière central avec Vincent Kompany. Ces deux là commencent vraiment à trouver une alchimie défensive, et Joe Hart peut enchainer les Clean Sheet. 
    • Au milieu de terrain, la doublette composé de Gareth Barry et de Javi Garcia a été impéccable et a vraiment pris l'ascendant sur celui des Gunners. Gareth Barry, qui revient vraiment en forme depuis quelques matchs, a été l'un des grands artisans de la victoire de City. Dans un rôle plus relayeur qu'à l'accoutumé, il a bénéficié d'un Javi Garcia qui a ratissé tout le match. Avec Yaya, Barry ne pouvait jouer ce rôle, et on ne peut que constater que l'international anglais mérite les grandes responsabilité qu'on lui donne dans l'entrejeu. 
    • James Milner, quel match ! L'inépuisable ailier anglais, a montré une envie et une détermination épatante tout au long du match. Il n'a cessé d'offrir des solutions sur son côté, et a delivré de trés bons centres pour ses coequiiers. Auteur de l'ouverture du score, sur une sublime frappe croisée, il a ensuite donné la Hockey Pass (la passe qui mène à la passe décisive) pour le deuxième but. 

    On a moins apprécié...

    • Bon, pas vraiment de point négatif dans ce match, et puisqu'il faut en sortir un, on va dire que le carton rouge pris par Koscielny, fait que cette performance est à prendre avec des pincette. Il est clair que les Gunners auraient moins subit avec 11 joueurs sur le terrain. Il devient donc difficile de tirer des enseignements cohérents, sans faire abstraction de ce fait de jeu qui fut vraiment le tournant du match. 





Propulsé par Disqus

Nos brèves

Résultats Man City offert par footendirect.com

Classement offert par FootenDirect.com

Rejoignez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter
Encerclez-nous sur Google+